La mention art — céramique

Photo : "Périscope", Carole Priem-Schutz, DNSEP 2013


Elle offre un cursus unique en France : une option art dans sa globalité avec, en exergue, l’enseignement de la céramique. C’est la rencontre entre médium et pensée. L’usage du matériau engage des pratiques artistiques à part entière, de l’art et amène à une diversité de propositions et des ouvertures incessamment réinventées.

Par l’organisation de sa pédagogie, la mention s’articule autour de notions, par principe mouvantes, telles que le décloisonnement des contenus et la transversalité des disciplines. Ces deux notions se sont imposées dans l’évolution du champ artistique depuis les années 70, date de la précédente réforme importante de l’enseignement artistique. Aujourd’hui une nouvelle réforme est en cours et la formation au sein de la mention doit tenir sa place au niveau européen. Le pari est important : faire face aux nouveaux enjeux internationaux tout en maintenant la qualité d’un enseignement issu d’une longue expérience. 

Loin du cliché de l’artiste romantique, seul face à l’immensité du monde (modèle de référence persistant malgré tout), l’artiste est redevenu, à bien des égards, l’entrepreneur qu’il  a été jusqu’au XIXe siècle. La création artistique réunit, plus que jamais, de nombreuses compétences différentes. Le cloisonnement des apprentissages ne permet pas la mise en commun de plusieurs actions, de plusieurs langages :  il paraît rendre impossible l’invention d’une pratique / pensée en prise avec son temps. La définition du bouquet garni selon J.B. Reboul, comme concept : on met d’ordinaire dans un bouquet garni un brin de thym, une feuille de laurier, un brin de persil et de céleri, le tout lié ensemble avec du fil de cuisine. Pour nous c'est le fil de cuisine qui est important : c’est le lien.

Comment « faire tenir » ensemble des hétérogènes ? Le cinéma nous a donné le terme de montage,  la cuisine et la musique, celui de mixage : quant au promeneur, il nous a donné l’idée de rencontre. Art & céramique, c’est la rencontre entre une pensée et un médium. Aujourd’hui, autour de ce médium, des programmes de recherche appliquée sont sollicités par des industries de pointe comme l’aéronautique ou la médecine, qui ne manquent pas, en retour, d’enrichir nos approches techniques. Les références aux multiples utilisations de la céramique par des artistes, à l’histoire ancienne et récente de l’objet dans l’art, aux territoires où art et design interfèrent sont, parallèlement à la découverte des champs plastiques qu’ouvrent les processus de traitement, autant d'appuis pour une réflexion aux qualités propres du matériau et la pertinence de son emploi dans un projet artistique.

Tout au long de la formation en mention art – céramique, les ateliers techniques et les enseignements théoriques ne sont pas séparés et invitent à une circulation incessante entre pensée et fabrique, cela dès la première année et dans les deux cursus. Une pédagogie de la création artistique, aujourd’hui, est synergique : elle se construit pour favoriser un système poreux permettant  la mise en commun des connaissances et des langages. Dans cette logique, la phase dite « programme » (enseignements dirigés) et la phase dite « projet » (où l’enseignement s’articule autour des propositions de l’étudiant) ne se succèdent pas selon une logique de progression, mais, sont considérées comme complémentaires, elles sont développées conjointement dès l’année 1.